#ROADTO: Bobital 2K19

La saison des festivals s’installe tranquillement et pour ce nouvel article, nous vous embarquons

avec nous au festival Bobital, de son vrai nom L’Armor à Sons, à Bobital !

Encore une fois la programmation n’était pas très folichonne. En effet, peu de grosses têtes

d’affiches et des concerts en demie teinte.

Cependant, le festival reste un bon moment à passer entre amis ou en famille et permet la

découverte de nouveaux artistes.

Jour 1

22h25 Eddy de Pretto

Et oui encore lui ! Vous savez aussi bien que moi qu’on retrouve toujours plus ou moins les

mêmes artistes tout au long de l’été. Heureusement pour nous on y découvre aussi des

nouveautés. Je serai donc brève en ce qui concerne notre cher ami Eddy. Si vous avez lu mon précédent article sur les papillons de nuit, vous connaissez mon amour pour lui. Et bien ce n’est pas son passage à Bobital qui va me faire changer d’avis. Sa présence est toujours aussi incroyable et je ne parle même pas de sa sensibilité. Bref, vous l’aurez compris je pourrai le voir tout l’été que je ne serai toujours pas lassée.

23h40 Deluxe

Ah enfin une nouveauté ! Et pour le coup une découverte. Bien évidemment je connaissais

Deluxe, mais je n’avais jamais vraiment écouté leur musique. Et bien laissez moi vous dire qu’ils ne manquent pas d’énergie. Les 6 membres du groupe sont survitaminés et nous ont offert une prestation très enjouée et pleine de fougue. Je recommande très fortement !

00h45 Bob Sinclar

Avec une carrière de près de 20 ans Bob Sinclar est l’un des personnages des plus anciens de la scène électronique internationale. On ne compte plus ses succès à travers le monde, entre I feel for you, Cerrone, Rock this party ou encore Word hold on la liste est longue. Et ça se ressent sur scène. On comprend tout de suite qu’il a de l’expérience et qu’il n’en est pas à son premier set. Il maitrise totalement son sujet. Mélangeant ses plus grands succès et des sons d’autres artistes, il met immédiatement le feu. Et le public ne s’y trompe pas en se laissant aller à danser et sauter au rythme de la musique retentissante. Seul petit bémol que l’on pourrait imputer à tous les DJ, serait le manque de dialogue avec le public. Peut-être la barrière des platines est-elle trop importante …

Jour 2

Après toutes ses émotions, place à la deuxième journée riche en couleur !

21h15 Gaëtan Roussel

Si vous connaissez le célèbre groupe Louise Attaque, vous connaissez forcément Gaëtan

Roussel. C’est au rythme d’une pop intimiste qu’il nous a partagé ses nouvelles chansons.

Intimiste certes, mais pas dépourvue de l’énergie qu’on connait de Louise Attaque. Il a su

embarquer la foule dans son histoire et celle de Louise Attaque. A noter les musiciens

d’excellente qualité qui l’accompagnaient sur scène qui ont sans conteste participer à l’ambiance et au succès du concert.

22h30 Pascal Obispo

Quasi unique tête d’affiche du weekend, Pascal Obispo nous a laissé perplexe, je dois vous

avouer. Son entrée sur scène est assez déroutante, en effet, il arrive déguisé en Joker.

L’incompréhension gagne le public, mais bon après tout pourquoi pas. Le concert commence donc avec une reprise de Johnny Hallyday Allumer le feu, qui contrairement à ce que l’on pourrait penser n’allume pas grand chose. La première partie du concert est très spéciale. On sent que le public a du mal à s’y mettre et nous aussi d’ailleurs. La prestation n’est pas mauvaise, mais rien n’y fait. Il faudra attendre la deuxième partie avec la reprise de ses plus grands succès comme Fan ou Tomber pour elle, pour que le public semble rentrer en communion avec le chanteur. L’ambiance est alors là le public reprend en coeur les refrains des chansons. Restera tout de même un sentiment étrange et un léger malaise, heureusement rattrapés de justesse avant la fin du concert.

23h50 Bagarre

Autre découverte du festival, mais quelle découverte ! N’essayez pas de les faire rentrer dans une case vous n’y arriverai. Ce groupe est tout bonnement inclassable. Alors, nous étions un peu perplexe au début du concert mais ce sentiment a vite disparu laissant place à une véritable frénésie. Le groupe est survolté, enragé, engagé. Les musiques s’enchainent et ne se ressemblent pas tantôt suivant des rythmiques clubing, tantôt des rythmiques orientales. Les membres chantent tour à tour les morceaux qu’ils ont composé eux-mêmes et semblent habité, voire même en trans. Un groupe à voir sur scène absolument !

1h00 Feder

Pour clôturer cette nouvelle édition, un autre DJ Feder. Tout comme Bob Sinclar, le DJ français maîtrise son sujet. Il enchaîne les tubes, les siens et ceux des autres. Rien de bien extraordinaire mais le job est fait. Le public ne s’y trompe pas et l’ambiance est là. Le DJ clôture dignement cette nouvelle édition de festival.

Une fois encore, ce fut un bon festival, car nous l’avons passé entouré de gens que nous aimons et c’est bien ça le principal mais la programmation du festival décline tout de même d’année en année. Certes il n’est pas évident de satisfaire tout le monde avec budget limité nous l’entendons. Et malgré tout la bonne humeur était au rendez-vous et on a déjà hâte à l’année prochaine ! 

Suite de nos aventures jeudi aux Vieilles Charrues …