#CodeStream : Masque/ Bas les masques !

Associé au Carnaval ou au bal masqué, le masque n’est pas forcément celui qu’on croit. Il est le plus souvent invisible et nous le portons en société pour cacher notre véritable nature. Il y a le masque qu’on cache parce que nos secrets sont inavouables. Il y a, aussi, le masque qu’on porte parce qu’on assume pas ou qu’on a trop peur de notre véritable nature. 

En matière de masque, les séries ont de quoi faire. Lorsqu’il est physique et fait parti d’un artifice, il permet de lever nos inhibitions. A l’abri sous notre masque, nous pouvons laisser parler notre vraie nature sans avoir le sentiment d’être jugé. On se rappelle du bal masqué de Gossip Girl (Josh Schwartz et Stephanie Savage, d’après les romans de Cecily von Ziegesar, 2007/2012) où les mensonges et révélations fusent. 

Mais c’est lorsqu’il est invisible, qu’il représente une métaphore, qu’il peut être le plus dangereux. Ce masque porté pour cacher sa véritable identité cache bien souvent une personnalité déviante et malsaine. Nous faisons, bien évidemment, référence ici à notre cher Joe Goldberg de la série Netflix, You (Greg Berlanti et Sera Gamble, d’après les romans de Caroline Kepnes, from 2018 till now). Véritable psychopathe, on lui confiait pourtant bien le bon dieu sans confession avec ses airs de gendre idéal. Derrière ce sourire angélique se cache pourtant un véritable sadique persuadé pourtant d’agir pour une noble cause : l’amour. 

L’amour n’est pas toujours la motivation principale de nos tordus. C’est le cas du célèbre docteur Hannibal Lecter (Thomas Harris et Bryan Fuller, 2013/2015) (même si on lui reconnaît un certain amour de la chair humaine). 

Citons aussi nos serial killers préférés de Mindhunter (Joe Penhall, from 2017 to now) mais pas certains qu’on puisse parler d’amour non plus. 

Même lorsqu’il est réel, cet amour nous pousse parfois à porter un masque, parce que nous avons honte, parce que nous n’assumons pas ou tout simplement parce que la société ne veut pas de cet amour. C’est le cas de l’amour homosexuel représenté dans de plus en plus de séries comme Glee (Ian Brennan, Brad Falchuk et Ryan Murphy, 2009/2015), Sense8 (Lana et Lilly Wachowski et Joseph Michael Straczynski, 2015/2018), Grey’s Anatomy (Shonda Rhimes, from 2005 to now) ou encore How to Get away with murder (Peter Nowalk, from 2014 to now). Cet amour interdit peut également se traduire par le rapprochement de deux protagonistes de religions différentes. C’était le cas dans la culte Veronica Mars (Rob Thomas, from 2004 to now) où une jeune femme musulmane est obligée de se cacher pour fréquenter son amant juif. 

Peu importe nos motivations, le masque peu à la fois nous permettre de garder secrète une partie de notre identité quel qu’en soit les raisons. Il peut aussi, au contraire, révéler nos envies secrètes sous couvert de l’anonymat que procure le masque. Paradoxalement.