#ROADTO2K19: Fête du bruit dans Landerneau

Dernier festival de l’été pour notre équipe. Et oui toutes les bonnes choses une fin

malheureusement. Notre tournée des festivals s’achèvent donc à Landerneau (29) pour la Fête du Bruit. Évènement très attendu dans la ville et même, on peut le dire, dans le Finistère, le festival commence à prendre une certaine envergure. Pour fêter ses 10 ans, l’équipe a mis les petits plats dans les grands. Avec une programmation digne des grosses productions françaises, la fête du bruit entend bien dépasser son statut de petit festival pour jouer dans la cour des grands.

Samedi 10 août :

Nekfeu :

Seule date bretonne pour le rappeur en cette année 2019. Ken nous présentait son nouvel album, ou plutôt ses deux nouveaux albums « Les étoiles vagabondes » et « Expansion ». En effet, quelques jours seulement après avoir sorti « Les étoiles vagabondes », Nekfeu a surpris tout son monde en dévoilant un deuxième album. Ces deux nouveaux opus, offrent des chansons plus sombres reflétant l’état d’esprit du rappeur en pleine crise existentielle. Sa performance est comme à son habitude très dynamique et très entourée. Car oui, comme il a coutume de le faire, Nekfeu n’est jamais seul sur scène. A ses côtés Doums, son acolyte du collectif l’Entourage ainsi que Mekra et Framal membres du S-Crew. Et c’est bien ça tout le problème. On aimerait un peu plus de Nekfeu et un peu moins de Nekfeu et ses copains.

Jain :

Habituée des festivals, la jeune chanteuse brille par sa présence. C’est seule qu’elle arrive sur scène sans musiciens, sans artifices. Elle fait tout toute seule et elle y arrive très bien. Tout est millimétré. Eh oui ! Quand on est seul pas de place à l’erreur. Le show est très bien ficelé, la jeune femme communique sa passion pour la musique à son public qui ne s’y trompe pas et reprend en coeur avec elle ses tubes comme « Makeba », « Come » ou encore « Alright ».

Gossip :

Initialement, le groupe anglais Prodigy devait se produire cette année sur la scène de Landerneau, mais suite à la mort de son chanteur, Gossip est appelé en remplacement. La tâche n’était donc pas facile car le groupe était très attendu par ses nombreux fans. Mission accomplie pourtant. Le groupe enchaîne les morceaux plus survoltés les uns que les autres. Sa chanteuse Beth Ditto est extraordinaire par sa présence. Elle s’assume jusqu’au bout des ongles et enchaîne les blagues avec le public. Elle se risque même à quelques mots français et va même plus loin en entonnant timidement La vie en rose et, plus surprenant, Banana Split de Lio. Un show survitaminé à voir de toute urgence !

Skip the use :

Dernier concert de cette journée du samedi, le groupe français ne nous a pas déçu. Son chanteur Mat Bastard nous a fait dansé, sauté, bref nous avons transpiré. Mais quel bonheur ! Le groupe a littéralement retourné la scène avec ses chansons survoltés. Il réussit même à faire passer un message de tolérance avec une chanson qui reprend le célèbre refrain des années 80’s « La jeunesse emmerde le front national ». Ce qui semblait d’ailleurs être le mot d’ordre de la quasi totalité des artistes du weekend.

Dimanche :

Voyou :

Découverte du jour, le jeune chanteur a la lourde tâche d’ouvrir cette dernière journée de festival. C’est donc à 15h30 que nous nous pressons pour suivre la prestation du chanteur. Pari réussi ! Le jeune de 28 ans nous embarque dans son univers grâce à sa musique pleine de fraîcheur. A travers ses textes, il peint une époque pleines de tribulations. Mention spéciale pour les deux talentueuses choristes qui ont presque réussit à nous extirper une larme ou deux tant leurs voix nous ont ému.

Roméo Elvis :

Le rappeur belge était très attendu sur la scène de Landerneau. Nous l’avions déjà vu à deux reprises mais à chaque fois il nous avait déçu. Peut-être lui manquait-il, sur ses précédents shows, un album plus abouti, plus travaillé. En effet, avec son nouvel album « Chocolat », Roméo nous a littéralement embarqué avec lui. Une énergie incroyable, on se demande même comment il arrive à tenir tout un concert sans prendre de drogues ! Cette nouvelle prestation nous a réconciliés avec le rappeur. Mention spéciale à notre chanson coup de coeur « Parano » et son interprétation proche de la possession.

Ska-P :

On ne les avait pas aperçu en France depuis leur dernière tournée européenne en 2014, les

espagnols de Ska-P sont de retour. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ne sont pas passés inaperçu. Toujours aussi survoltés et révoltés, les madrilènes nous ont fait danser au rythme de leurs chansons plus engagées les unes que les autres. Le groupe va même plus loin en terminant le concert vêtu de gilet jaune. Viva la révolución !

Dub Incorporation :

Qui de mieux pour représenter la diversité que le groupe de reggae Dub Incorporation ? Comme à son habitude, il nous a fait voyager à travers ses différentes cultures. Musicales d’abord. Nous sommes passés du reggae au dancehall, à la musique kabyle pour finir avec de la world music. Et c’est dans cette diversité que le groupe puise sa force. Qu’il chante en français, en anglais ou en kabyle le message est le même : l’importance du métissage et du mélange. En bref de la tolérance. Et qu’est-ce que ça fait du bien !

Dj Snake :

Dj français phare de notre époque, Dj Snake était très attendu dans les jardins de la Palud. Eh bien il ne nous a pas déçu ! Le Dj a littéralement retourné le public. Alors, oui, on ne révolutionne rien ici en matière de musique électronique. Certains reprocheront même une rythmique trop commerciale. C’est certain. Mais commercial n’est pas forcément synonyme de mauvais qu’on se le dise. Quoi qu’il en soit le job est fait. Il fait le show à coup de flammes et d’éclairages dignes des productions américaines.

No one is innocent :

Groupe très en vue de la scène rock des années 90, No one n’a rien perdu de sa fougue. Avec des textes toujours aussi engagés, ils vous prennent au tripes de part leur glaçante vérité. C’est sous la pluie que ce termine cette dernière journée de festival. Les plus courageux auront résisté vaillamment jusqu’au bout se jetant dans la boue au rythme des guitares. Un concert qu’on est pas prêt d’oublier !

Voilà c’est fini … Notre tournée des festivals touche à sa fin. Nous avons découvert une flopée d’artistes tout au long de notre périple. Certains nous ont enchantés d’autres moins. Nous avons pris plaisir à revoir certaines de ces têtes, d’autres nous ont lassé. Quoi qu’il en soit c’est toujours un plaisir de vivre ces moments de partage. Car c’est en cela que réside le pouvoir de la musique, de part sa diversité elle rassemble.

À l’année prochaine pour de nouvelles aventures !