Huawei vs Trump : La prochaine guerre technologique

L’avenir des produits Huawei sur nos marchés semble compromis à la suite des très nombreuses attaques qu’on fait les américains et surtout Donald Trump à l’entreprise chinois. Sur fond de guerre commerciale engagée par Trump depuis son élection en 2016, un véritable bras de fer vient de se lancer entre la Chine et les Etats-Unis. Des sanctions ont été prises, des menaces lancées et on semble bien loin d’une sortie de crise. Ce conflit entre les deux plus grandes puissances mondiales pourrait avoir un impact retentissant sur l’économie mondiale.

Trump en guerre commerciale contre la chine

La Chine menace depuis plusieurs années de devancer les Etats-Unis. Il s’agit d’une crainte qui n’est pas sans fondement lorsque l’on regarde les indicateurs économiques. La balance extérieure américaine montre, en effet, un déficit de 375 milliards de dollars vis-à-vis de la Chine. Cet indicateur montre la différence entre la valeur des importations et des exportations d’un pays. Dans notre cas comprenez la pression économique exercée par la Chine contre les Etats-Unis. En termes capitalistique ceci montre la puissance d’un pays.  Ce fut d’ailleurs un argument de campagne en 2016 lors de l’élection de Donald Trump. Mais ces derniers temps les accusations sont devenues plus virulentes contre la deuxième puissance mondiale puisqu’il accuse désormais, à raison entendons-nous, la Chine de ne pas jouer le jeu du commerce international. A ce titre, Donald Trump a décidé de prendre des sanctions économiques à l’encontre de la Chine, et notamment, une taxe sur les importations qui a fait grand bruit. Cette démarche protectionniste n’est pas une stratégie viable car elle risque d’engendrer un mal encore plus grand.

Une autre sanction portée par Donald Trump sont ses accusations contre le groupe Huawei, qui ne cesse de pleuvoir depuis quelques semaines. Du risque d’espionnage, à la corruption en passant par la fraude fiscale, c’est une véritable attaque de l’appareil d’état américain contre le groupe chinois qui s’opère et cristallise les tensions géopolitiques.

Mais dis moi Jamy, c’est qui Huawei ?

Afin de comprendre les enjeux et les conséquences des mesures américaines, il est indispensable de comprendre la place de Huawei dans le paysage économique. Il s’agit d’une entreprise chinoise qui fournit, depuis 1987, des solutions dans les technologies de l’information et de la communication. Elle est notamment connue pour ses smartphones et ses infrastructures réseaux. Elle s’est par ailleurs rendue incontournable puisqu’elle est désormais le 2ème constructeur mondiale de smartphones derrière Samsung et devant Apple. Sa force concurrentielle reposant sur des portables performants, commercialisés majoritairement en ligne ou auprès de revendeurs à des prix compétitifs car elle a un budget de publicité relativement bas. La firme est aujourd’hui implantée dans 170 pays et emploie plus de 8 000 ingénieurs travaillant sur ses solutions partout dans le monde.

La groupe fait également parler d’elle en raison d’accusations d’espionnage depuis 2014. La proximité de l’entreprise avec le gouvernement chinois fait également polémique quant à la sécurité des données personnelles. Une loi chinoise de 2014 impose, en effet, aux entreprises chinoises de communiquer toutes informations qui pourrait lui être demandées par les services de sécurité nationaux.  Ce texte jette un doute sur la sécurité future des données qui lui sont confiées par les utilisateurs, et on comprend bien pourquoi.

L’entreprise chinoise de la télécommunication est également reconnue comme leader sur le marché de la 5G et c’est bien ce qui pose problème au président américain. On peut comprendre le lien lorsque l’on tente de mélanger le déploiement de la plus grande bande passante du monde avec un tel risque sur la sécurité des données. Il n’est pas surprenant de voir quelques boucliers se lever. Au vue de la puissance de ces attaques contre l’entreprise Huawei il est légitime de se demander si elles ne sont pas un prétexte. On peut également noter une grande hypocrisie de la part des américains qui se plaignent aujourd’hui si fort des risques d’espionnage au regard de l’affaire Snowden.

Le problème de la 5G : Le sommet de l’iceberg

La 5G est le cheval de bataille de Trump. Il compte, en effet, l’utiliser pour ralentir la firme dans son développement à l’international, puisqu’elle est très attendue et symbolique. La 5G a, en effet, pour vocation d’être le réseau mobile de tous les possibles avec une vitesse dix fois supérieur à la 4G, autrement dit un réseau sans latence, de quoi faire rêver ! Cette technologie touche évidemment les particuliers pour encourager nos consommations. Ce sont, cependant, surtout pour les entreprises, avec notamment la logistique et les technologies de pointe (robotique, énergie ou médecine) que l’attente et les besoins sont les plus grands. Une grande démonstration de ses capacités a été faite au cours d’une opération réalisée en Chine avec des chirurgiens à 3 000 km du patient. Une prouesse rendue possible uniquement grâce à la 5G. Il s’agit du déploiement d’infrastructures qui touche tous les corps de métier et tous les pays dont notamment leurs systèmes de défense. Or sur ce sujet les américains, il est vrai, sont très tatillon

Comme le symptôme d’un mal, l’entreprise Huawei a donc subi les foudres du président américain. L’entreprise chinoise s’est faite blacklistée par les Etats-Unis. Cela signifie qu’aucune entreprise américaine n’est plus en droit de commercer avec elle. Cela à un très gros impact car l’ensemble des grandes entreprises du monde sont économiquement interconnectées, puisqu’elles s’achètent des produits entre elles. Ainsi les puces des téléphones Huawei sont fabriquées aux Etats-Unis (ARM et Intel), ainsi qu’Android et ses applicatifs développés par Google. Sans puces et sans système d’exploitation (interface) les smartphones ne sont plus commercialisables en l’état. Il est à noter que les smartphones déjà commercialisés resteront utilisables sans aucun blocage. Les attaques ne s’arrêtent pas là, puisque ce sont également les membres de l’organisation qui sont, de plus, visé par des actions en justice, notamment pour fraudes fiscales et corruptions.

La réponse de Huawei est aujourd’hui la conciliation en essayant au maximum de rassurer. L’Etat chinois, loin d’être dupe dans cette histoire, a également joué la carte de la conciliation pour le moment, sans non plus courber l’échine. La pression américaine exercée sur Huawei pour atteindre la Chine n’est pas d’une grande efficacité tant l’entreprise a une force de frappe économique et humaine très importante. Avec ses 8 000 ingénieurs la réponse technologique de Huawei sera rapide et risque de devoir développer elle même les composants qui ne lui sont plus accessibles désormais. Malgré le retard qu’elle risque de prendre, de 2 à 3 ans environ, elle remontera la pente et reviendra donc avec de nouveaux produits qui pourront alors concurrencer des entreprises américaines. Encore un fois une belle preuve du manque de stratégie de Trump à long terme, contrairement aux chinois qui voit à 15-20 ans leur stratégie économique dont on peut constater la réussite aujourd’hui. Cette situation les entreprises américaines l’ont bien comprise et s’inquiète déjà des retombés de ces pratiques court termistes dont font preuve les stratèges américains. Ces pratiques laissent cependant bien l’entreprise en grande difficulté et les concurrents comme Apple (smartphones) et Nokia (réseau 5G) mettront à profit ce répit pour renforcer leurs stratégies commerciales.

C’est donc bien une guerre technologique qui se joue ici et qui impact tout notre environnement, tant les interconnexions sont grandes et qui impactera grandement nos consommations dans les prochaines années.

Quels sont les risques pour l’innovation ?

Force est de constater qu’en plus d’être une innovation technologique très attendu, la 5G est devenu un enjeu géopolitique très fort. Au-delà du problème d’espionnage, il s’agit pour Trump de faire barrage à la concurrence trop forte que fait la Chine au marché américain de la technologie. Et Huawei en fait partie évidemment dans le domaine des technologies de la communication. La démarche des américains a de quoi inquiéter tant sur le plan géopolitique que de l’innovation.

Dans cette histoire, la Chine n’a pas encore abattu toutes ses cartes puisqu’elle possède plusieurs moyens de pression. Elle a, en effet, à sa charge la conception de beaucoup de produits américains, notamment Apple qui se retrouverait bloqué si elle infligeait le même traitement que les américains à Huawei. Il existe également une autre donnée importante que sont les matières premières, puisque la Chine possède les seules usines de traitement de terres rares au monde. La terre rare est un minerai indispensable à la conception des produits à haute valeur technologique dont l’arrêt de la commercialisation aux Etats-Unis aurait des répercussions immense sur le marché mondial de la technologie et de la défense. Ces attaques contre la Chine risquent donc d’engendrer des sanctions qui pèseront sur les entreprises et sur les consommateurs américains de manière durable, mais aussi à travers le système de consommation mondial.

Trump souhaite ainsi retarder au maximum le développement à l’international engagé par la Chine, qui repose aujourd’hui presque exclusivement sur son marché intérieur. Il souhaite notamment sauvegarder l’Europe en temps que colonie technologique et numérique des Etats-Unis afin qu’elle ne devienne pas celle de la Chine. Les produits technologiques restent, en effet, aujourd’hui majoritairement proche des américains et de leurs groupes économiques dans nos régions, mais le symbole qu’est Huawei pour la Chine et pour la conquête technologique de l’Europe et du monde effraie les hautes instances américaines. Ces pratiques risquent d’empêcher l’accès des européens à tout ce que peut proposer la chine, que ce soit en termes de concurrence sur les produits technologiques (baisse des prix et augmentation des gammes) et de retarder l’accès aux nouvelles technologies (robotique, médecine, etc.). Rassurons-nous cependant, la France a annoncé qu’il n’y aurait pas de rupture du contrat avec Huawei sur le déploiement de la 5G qui arrivera chez nous à partir de 2020. Le marché européen, qui s’est montré très prudente dans ce conflit, ne semble donc pas se fermer à la Chine.

Cependant ne soyons pas dupe, quelque soit les actions que Donald Trump tente de faire il est désormais impossible d’empêcher l’avènement de la puissance technologique chinoise. Reste à voir comment seront redistribué les cartes, surtout lorsque l’on voit la peur que peut engendrer le régime totalitaire chinois, car ne l’oublions pas, la Chine n’est pas la plus grande démocratie du monde.

Voici un autre point de vue, celui de l’europe :